Category: On parle de nous (page 1 of 2)

Articles de journaux

Yonne Républicaine-26 septembre 2020

Les choristes ne se retrouvent plus au conservatoire mais à la salle polyvalente. Un changement de lieu pour respecter la distanciation physique.

Le lundi soir, c’est répétition pour le Chœur du Tonnerrois. Mais depuis maintenant trois semaines, ce n’est pas tout à fait la même chanson pour les choristes. Ils ne se retrouvent plus au conservatoire mais à la salle polyvalente de Tonnerre. Un changement de lieu pour respecter la distanciation physique, crise sanitaire oblige.« Là, on se sent presque tout seul »

« La ville nous a mis à disposition gentiment et gracieusement cette salle pour que nous puissions reprendre enfin les répétitions », se félicite Jack Ferrari, le chef.

Avec le Covid, toutes les activités du chœur ont été arrêtées. Travailler par visio était très compliqué. « Certains n’ont pas d’ordinateurs ou s’en servent très peu. Il a donc fallu patienter et c’est avec une grande joie que nous pouvons aujourd’hui chanter ensemble. »

En plus de l’amour du chant et de la musique, ce groupe cultive depuis des années la convivialité et la joie d’être ensemble. Ces femmes et ces hommes de 30 à 80 ans sont sur la même partition. Le niveau est élevé et l’entraide est de mise. On chante pour le plaisir et au bout du compte on est capable d’entraîner le public dans toutes les langues et tous les styles. Même si depuis la crise sanitaire, l’exercice n’est pas toujours facile.

Les chanteurs sont espacés de deux mètres les uns des autres. « C’est une expérience, lance le chef de chœur. D’habitude, on aime chanter les uns avec les autres, on forme un groupe. Là, on se sent presque tout seul. » Certains chanteurs se retrouvent à plus de 15 mètres du chef de chœur. « Il faut s’adapter, trouver nos marques. Mais même si c’est compliqué c’est intéressant. »

Yonne Républicaine – 23 janvier 2020

Du jazz aux chansons à boire, le Chœur du Tonnerrois a de nombreuses pistes de travail

Dans toutes les langues et tous les styles, le Chœur du Tonnerrois, qui a tenu son assemblée générale lundi, multiplie les projets pour cette année.

D’ordinaire, le lundi, c’est soir de répétition pour le Chœur du Tonnerrois. Mais cette semaine, ce n’était pas tout à fait la même chanson au conservatoire. La soixantaine de choristes s’y retrouvait pour l’assemblée générale et la galette des rois. En plus de l’amour du chant et de la musique, le groupe cultive la convivialité et la joie d’être ensemble. Ces femmes et ces hommes de 30 à 80 ans sont sur la même partition. Le niveau est élevé, mais l’entraide est de mise. On chante pour le plaisir et au bout du compte on est capable d’entraîner le public dans toutes les langues et tous les styles.Un festival à Tonnerre

Cette année, les choristes multiplieront les concerts. Le public les retrouvera sur plusieurs rendez-vous locaux. Une fois de plus, le chœur sera présent en clôture des Ruraleuses, à Jully. Le festival tournera autour de la poésie belge. « Nous allons monter un programme sur ce thème », annonce Jack Ferrari.

L’autre gros événement où interviendront les choristes tonnerrois sera le festival Cobalt. Pour la première édition de ce festival de jazz à Tonnerre, prévu les 10, 11 et 12 juillet, le chœur devrait chanter au kiosque à Baptiste le samedi, à 11 heures. « Nous allons travailler un programme jazzy autour de Nougaro, Trenet, et de gospels qui swinguent », indique le chef de chœur.

Le traditionnel concert de Noël, déjà programmé le 20 décembre, devrait se faire avec la chorale de l’école de musique de la Communauté de communes Serein et Armance.Des échanges

L’ouverture et les échanges avec d’autres chorales sont aussi au programme. « Nous devrions faire un concert en commun avec la chorale d’Aillant et nous avons été contactés par une chorale d’Annecy qui propose un échange. » Un week-end a déjà été retenu : celui des 16 et 17 mai prochains. « Nous allons continuer à proposer le ciné-concert Oliver Twist, indique également Jack Ferrari. On a peut-être une touche. Nous savons que cela impose certaines contraintes au niveau logistique et budgétaire, mais cela reste un moment toujours unique que nous apprécions. »

Enfin, quelques pistes de travail ont été avancées, comme le jazz et les chansons polyphoniques de la Renaissance. L’ensemble vocal était d’ailleurs intervenu l’an passé au château de Maulnes. Les chanteurs pourraient aussi travailler autour du thème du bestiaire, des chansons d’Aznavour, et des chansons à boire « pour les troisièmes mi-temps ».

Yonne Républicaine – 24 septembre 2019

Tous les choristes se sont retrouvés sur scène à la fin du défi pour interpréter ensemble le tube de Laurent Voulzy, © Droits réservés


France Bleu Auxerre fêtait ses 30 ans au Skénét’eau, samedi

France Bleu Auxerre fêtait ses 30 ans, samedi, au Skénét’Eau, où elle avait invité ses auditeurs à assister à un grand « Défi chorales ».

France Bleu Auxerre a fêté ses 30 ans en chansons, samedi, au Skénét’Eau. Inaugurée en 1989 par l’ancien maire d’Auxerre, Jean-Pierre Soisson, la station avait convié ses auditeurs à assister à un grand « Défi chorales » (des places étaient à gagner en écoutant la radio ou en jouant sur son site Internet).Cinq chorales sélectionnées sur une quinzaine

Un défi préparé dès avril dernier par Sofie Martin, sa directrice, auxquels une quinzaine de formations icaunaises ont participé. Cinq d’entre elles ont été sélectionnées et se sont produites samedi dernier, sous le parrainage de Romain Didier, auteur-compositeur et interprète installé à Villeneuve-sur-Yonne.

Ces cinq chorales se sont produites lors des deux concerts donnés dans l’après-midi et en soirée, qui ont tous deux fait le plein. Tour à tour, le public a pu écouter la chorale toucycoise Lacadencia, dirigée par Anne Le Goff, ancienne chef de chœur des Petits chanteurs à la Croix de Bois lorsque l’ensemble était installé à Brienon-sur-Armançon ; la chorale auxerroise Clé de Fa’mes, le chœur du Tonnerrois, l’ensemble vocal de musique actuelle de Villeneuve-sur-Yonne ou bien encore la chorale du Silex, la salle des musiques actuelles d’Auxerre.

Chaque chorale, devait, selon le cahier des charges fixé, interpréter trois morceaux : un titre des années 1980 revisité, un titre chanté sans partition et en mouvement ainsi qu’un titre en faisant participer les spectateurs.

Les talents cachés d’humoriste de Denys Baudin, rédacteur en chef adjoint de la radio locale, ont également ponctué cette soirée festive qui a mis le chant choral à l’honneur et s’est refermée de belle façon. Tous les choristes se sont en effet retrouvés sur scène pour interpréter ensemble le tube de Laurent Voulzy, Belle-Île-en- Mer.

Yonne Républicaine – 18 juin 2019

Yonne Républicaine – 1er décembre 2018

Les choristes présenteront avec le groupe Musocc Illary la dernière œuvre de Kato Rodriguez, intitulée Triptico . Une œuvre profane composée sur des poèmes de deux auteurs péruviens, César Vallejo et Mariano Melgar.

Le Chœur du Tonnerrois et le groupe Musocc Illary se retrouvent ce samedi à partir de 20 h 30 pour un concert exceptionnel donné à la salle polyvalente de Tonnerre.

Ce sera sûrement la seule fois que les deux ensembles seront sur la même scène pour chanter la dernière œuvre de Kato Rodriguez, intitulée Triptico. Une œuvre profane pour chœur mixte, solistes et orchestre, composée sur des poèmes de deux auteurs péruviens, César Vallejo et Mariano Melgar.

« Ce concert unique marquera vingt-cinq ans d’amitié et de musique avec le groupe Musocc Illary, note Jack Ferrari, le chef de chœur. C’est en même temps une façon de fêter les vingt-cinq ans du chœur avec un an en retard. » En effet, l’ensemble est né en 1992 pour fêter les 700 ans de l’hôtel-Dieu de Tonnerre. Mais c’est surtout à partir de 1993 que les choristes ont commencé à voler de leurs propres ailes et à élargir leur répertoire. C’est aussi à cette époque que les chemins de Jack Ferrari et Kato Rodriguez se croisent. « Un peu par hasard. J’ai vu sur un dépliant que les Musocc montaient des projets avec des chœurs amateurs autour de Navidad Nuestra de Ramirez. Kato était déjà à Clermont-Ferrand, on s’est rencontré. » Plusieurs mois après, le projet était monté. Il ouvrait la porte à plusieurs collaborations, mais aussi une véritable amitié. Les choristes tonnerrois sont même allés au Pérou en 1998. Un souvenir à l’autre bout du monde qui a marqué les chanteurs qui y ont participé.

Chanter en espagnol n’a pas été de tout repos

« L’idée de monter Triptico date d’un an. En plus de se retrouver avec Kato et son ensemble, ce projet nous a permis de nous attaquer à un répertoire qui nous sort des pièces plus traditionnelles que nous proposons. » Chanter en espagnol n’a pas été de tout repos. « Nous avons fourni un gros travail. »

L’Est Eclair – 15 décembre 2017

Yonne Républicaine – 2 novembre 2017

La soixantaine de choristes a fêté l’anniversaire de l’ensemble, vendredi, à l’abbaye

La soixantaine de choristes a fêté l’anniversaire de l’ensemble, vendredi, à l’abbaye

Les choristes se sont retrouvés pour souffler les vingt-cinq bougies de l’ensemble. 25 ans de chants, de plaisirs et d’amitié. © Droits réservés

Le Chœur du Tonnerrois a été créé en 1992 pour les cérémonies du VII e centenaire de l’hôtel-Dieu de Tonnerre.

«C’est la famille du cœur », lance Muriel. « C’est un véritable plaisir. Depuis que je suis seule, j’attends les répétitions et les concerts avec impatience », confie Paulette. Depuis 1992, le Chœur du Tonnerrois fait battre la région. Il a été en effet créé pour les cérémonies du VII e centenaire de l’hôtel-Dieu de Tonnerre.

Vendredi soir, la soixantaine de chanteurs s’est retrouvée à l’abbaye pour souffler les vingt-cinq bougies de l’ensemble.

Un gros travail de répétitions

 Ces choristes chantent pour le plaisir et par plaisir même si la rigueur est de mise. Il y a un gros travail de répétitions. Jack Ferrari, qui tient la baguette depuis la création, ne laisse rien au hasard. Mais ça fonctionne bien. Toutes les générations sont représentées. Certains sont là depuis 25 ans. D’autres moins. « C’est la vie d’un chœur avec ses départs et ses arrivées », fait remarquer Jack Ferrari.

L’ensemble possède un répertoire varié, autour d’œuvres sacrées et profanes du XVI e siècle à nos jours. Certains programmes ont fait date comme Missa Gallica de Bernard Lallement ; Navidad Nuestra, cantate de Noël du compositeur argentin Ariel Ramirez ; Carmina Bura n a avec l’ensemble Obsidienne de Sens ; et récemment Oliver Twist, un ciné-concert accompagnant le film muet de Frank Lloyd.

« Les souvenirs ne manquent pas »« Les souvenirs ne manquent pas », assure Paulette. Les choristes tonnerrois se sont produits en effet au Pérou, en République tchèque ou en Belgique. « Sans le chœur, je ne serais jamais allée au Pérou. D’ailleurs, la première fois que l’on nous en a parlé, en rentrant à la maison, je suis allée voir dans un atlas pour me rendre compte où on allait partir, avoue Muriel. C’était une véritable aventure mais surtout un voyage extraordinaire. »

Yonne Républicaine – 12 septembre 2017

Concert à Ligny le Chatel – 10 septembre 2017

Yonne Républicaine – 7 juin 2017

Older posts

© 2020

Theme by Anders NorenUp ↑